SEA - Site Expérimental d'Architectures

Sité dédié: ICI

http://plateforme2.wix.com/sea-abdp

Un mini doc à consulter et/ou télécharger sur le SEA : ICI

La page Facebook du SEA : ICI

Le SEA a pour but de transformer le Domaine de Tizé, son paysage et son bâti pour les besoins de l'association Au bout du plongeoir, tout en questionnant les pratiques de conception et de construction.
Il est un espace d'expérimentation à échelle 1 dédié aux architectes, urbanistes, paysagistes, artisans, industriels, jeunes en formation, voisins, curieux, etc.

Le SEA… concrètement ?

Le SEA invite des architectes, urbanistes, paysagistes, etc. à venir travailler et construire sur place. Le but est de tenter des expériences en cohérence avec l’activité d’Au bout du plongeoir et en lien avec des besoins repérés.

Les expérimentations architecturales et paysagères peuvent aussi s'appuyer sur des rêveries plus poétiques, plus sensibles en lien avec la qualité du site et son usage. Enfin, des expérimentations pures sur le matériau, sur des innovations technologiques ou des processus de fabrication peuvent également trouver leur place.

Les expérimentations peuvent être éphémères ou pérennes, sur le bâti ou le Domaine alentour qui comprend prairies et bois.

Ces expérimentations prennent la forme de rénovations, d’extensions, d’aménagements de l’existant ou de créations de nouveaux espaces. Au fur et à mesure, les constructions viennent transformer, faire évoluer le Domaine riche d’une histoire longue de sept siècles et l’inscrire dans son temps !

Le mot « Architectures » du SEA est au pluriel car il englobe l’architecture, le paysage, l’urbanisme mais aussi le design et l’aménagement.

Le SEA… plus précisément

Le SEA - Site Expérimental d’Architectures se crée et se développe à l’initiative de l’association Au bout du plongeoir :

• à partir de son projet associatif et de sa philosophie
• en cohérence avec les activités que mène l’association
• et sur le site qu’elle occupe : le Domaine de Tizé

Le SEA fait l’objet d’une étude commandée par Rennes Métropole à l’association Au bout du plongeoir. Cette étude prend la forme d'une recherche action où le temps de l'étude est également le temps de la mise en place effective du SEA.

La première phase de l’étude a eu pour mission de définir les principes philosophiques et un schéma d’organisation du SEA et de partager les recherches et les réflexions avec d’autres professionnels de champs divers et avec un large cercle de citoyens, la deuxième phase de créer la "bulle du possible" aux plans juridiques, réglementaires, contractuels avec le concours de l'avocat Christian Bois tout en expérimentant à échelle 1 sur une partie du bâti (expérimentation de Charles Motte sur le Manoir du 14è). La troisième phase consiste en l'étude et en la préfiguration de possibilités d'hébergement sur le site pour les artistes, chercheurs et expérimentateurs. Cette phase d'étude prévoit de réaliser des expérimentations en microarchitecture sur le site autour de la commande d'une "chambre avec vue" sur le Domaine.

La singularité du SEA : l'expérimentation à échelle 1 dans un contexte défini

L’originalité du Site Expérimental d’Architectures est qu’il offre aux professionnels de l’acte de bâtir un espace de recherche et de réalisation grandeur nature.
Sa spécificité tient à l’attention portée à un contexte particulier : contexte de travail de l’association, contexte du manoir avec son passé agricole, contexte périurbain et inscription dans le périmètre de ViaSilva.
Le SEA s’inscrit dans un horizon large, il a vocation à se développer sur plusieurs années, et sur un périmètre qui peut aller au-delà du Domaine.

Le SEA aujourd'hui

2013-2017 est un temps d'étude, avec un premier volet en 2014 sur l'élaboration des principes et la définition de l’organisation du SEA. 2015 - 2017 sont des phases plus opérationnelles.

Le principe de recherche-action est cher à l’équipe d’Au bout du plongeoir.

Aussi s'est mise en œuvre dès le printemps 2014 une première expérimentation confiée à l’architecte Mickaël Tanguy. Cette expérimentation, "Terre en pression", a vocation à créer un espace d'accueil et d'information sur le site. C'est également une collaboration entre Mickaël Tanguy et l'auteur Alexandre Koutchevsky de la compagnie Lumière d'Août. Formant un "duo éclectique", ils imaginent, ensemble, des moments publics sous forme de jeux et d'actions collectives qui permettent de participer à l'élaboration de ce mur en terre.


L'expérimentation de Mickaël Tanguy…



Terre en pression, un film de François Possémé sur cette expérimentation N°1, en cliquant ICI

En 2016 démarrent des transformations dans le manoir du 14e où est installé l'atelier communautaire de fabrication bois et métal "Pelleteurs de nuages". Ces transformations se réalisent dans le cadre d'une deuxième expérimentation menée par l'architecte Charles Motte en maîtrise d'ouvrage publique (Rennes Métropole). Charles Motte est accompagné pour ce projet par Jean-Yves Riaux, charpentier.


Extrait du projet de transformation


En 2016 s'est réalisée en outre une expérimentation autour de la lumière, dans l'étable de Tizé : "Fait main #3". Ce projet à l'initiative de l'association Tout Atout a permis à un groupe de jeunes adultes en insertion professionnelle de réaliser 5 vitraux pour l'étable accompagnés par les artistes et artisans Marine Bouilloud, Pelleteurs de nuages et Alexis Ferron.


Dans la foulée de ce "Fait main #3" se tisse aujourd'hui, toujours à l'initiative de Tout Atout et pour le printemps 2017, un "Fait main #4" : une expérimentation autour de la lumière mais cette fois-ci sur un cheminement lumineux sur le Domaine en collaboration avec le designer Sylvain Descazot.

Le SEA c’est également des rendez-vous publics pour partager de l’expérience, des rêves, des jeux autour de questions d’architectures liées au site de Tizé et au-delà. Il est question d’enjeux sociétaux, d’environnement de vie, de travail.

Qu’est-ce que construire ?
Comment construire aujourd’hui ?
Comment faire autrement en cohérence avec nos vies d’aujourd’hui et de demain?

Ces moments publics constituent un terrain de réflexion citoyen qui, à partir d’un site spécifique, ouvre à des questionnements qui touchent tout un chacun.

Le séminaire des paysagistes-conseils de l'Etat autour de "La table gronde" de l'artiste Yves Chaudouët, juin 2015



A l'occasion d'"Un week-end à Tizé!" en septembre 2016, deux journées ont été consacrées à la fabrique de la ville et à la place de l'imaginaire dans les projets urbains. Une soirée veillée a permis à Christian Bois, avocat, Muriel van Vliet, philosophe et Jean-Yves Riaux, charpentier, de partager leurs préoccupations sur ces sujets et d'échanger avec un large public. Les étudiants de Licence 2 de l'ENSAB - école d'architecture de Bretagne ont travaillé deux jours sur le site autour de la construction du Mythe de Tizé.

Ce printemps le SEA lance un "Appel à perspectives", une réflexion autour de la notion de repos qui aboutira en juin 2017 à la réalisation par 3 équipes lauréates de formes architecturées permettant d'expérimenter à échelle 1 un usage autour de cette question.
Dossier de l'appel en projet en consultation ICI

Le SEA…. à venir

Pour faire suite aux premières rencontres sur la fabrique de la ville, la place de l'imaginaire, de l'art et de l'expérimentation dans les projets urbains (et ruraux), Au bout du plongeoir met en place à l'automne 2017 des Rencontres intermondiales de l'expérimentation en architectures.
Nous vous communiquerons de plus amples informations à ce sujet dans les mois à venir.

D'autres rendez-vous autour du SEA auront lieu d'ici l'automne. N'hésitez pas à nous communiquer votre mail pour être tenus informés : plateforme@auboutduplongeoir.fr